Mes chers amis

Je sais que cette lettre vous fera de la peine mais je n’en peux plus, je suis obligé d’en arriver à cette extrémité. Notre vie de groupe n’a plus de sens pour moi, je préfère en finir.

Depuis que nous nous connaissons nous faisons de la musique ensemble et pendant longtemps ça a été très bon. C’était doux de se retrouver chaque samedi pour répéter ces morceaux que nous avions auparavant tant écouté.

Depuis quelque temps, sans que je comprenne vraiment pourquoi la plupart de ces rengaines m’irritent au point que mon comportement s’en trouve altéré. J’ai du entamer une thérapie auprès d’un analyste tant mes réactions devenaient incontrôlables.

Lors de notre dernière répétition, quand nous avons entamé l’intro de Creep, cela m’a donné envie de m’émasculer avec la corde de ré rouillée que je venais de changer. Des larmes de rage me montent aux yeux chaque fois que je donne les quatre coups de semonce qui annoncent Rape me et j’ai des sensations d’étouffement tout au long de Another brik in the wall.

Plus grave encore, hier, chez ma grand-mère, dans sa cuisine, nous écoutions radio Nostalgie tout en conversant. Quand les accords de Should I stay or should I go ont retenti j’ai brutalement déposé le robot mixer Seb 1200 watts (1200 watts !!) sur le transistor d’époque qui a toujours du mal à s’en remettre.

J’espère que vous comprendrez que je suis arrivé au point de non retour. Pour préserver ma santé mentale, mon psychiatre m’a vivement recommandé de ne plus jouer ou entendre les chansons que nous jouons chaque semaine et à chaque concert depuis maintenant 43 ans. C’est douloureux pour moi de vous confier cela mais l’idée, même, de rejouer un jour Louie Louie fait naitre en moi des ambitions meurtrières. Cela vous semblera monstrueux mais la dernière fois que j’ai eu à interpréter Where is my mind, cela m’a donné envie de devenir chanteur de karaoké professionnel. Oui, je sais, c’est ignoble.

Ma décision est prise, je vais vous quitter. J’ai revendu tout mon matériel ; mes guitares, amplis, pédales… et avec l’argent j’ai acheté un théorbe*. Je vais étudier la musique baroque. Sacrée. J’ai fait une liste des morceaux inconnus, jamais encore joués, dont les partitions viennent d’être retrouvées dans le tiroir oublié d’un compositeur inconnu. Je me garderai bien d’étudier des partitions de Bach ou Vivaldi, c’est encore trop commun, trop pop, pour moi, il me faut de l’inédit.

Cette nuit j’ai rêvé que je jouais l’intro de Stairway to heaven sur mon théorbe. Au réveil, j’ai tué mon chat.

Ne cherchez pas à me revoir, je ferai cette démarche moi même si, un jour, je suis prêt à sortir de ma retraite mais je pense que ma guérison sera lente et hypothétique.

Adieu,

Sédil.

* Regardez sur Google ce que c’est bande de fainéants !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :